mais mes maie met

Mais ou mes ? Règle d’orthographe de base N°21

19 mars 2018 - ,

Règles d’orthographe N°21 : mais ou mes, les homophones de mais

Mais ou mes ? maie, met, mes… c’est une avalanche !

Mais ou mes… au secours ! Il pleut des homophones ! Qui aurait cru que ce simple petit son pouvait ainsi donner lieu à tant de sens et d’orthographes différentes ? Allez, on ouvre notre parapluie, et on affronte l’orage !

La maie de mémé

Une maie, on n’en fait plus ! Il s’agit d’un meuble utilitaire ancien, ressemblant à une moitié de gros tonneau fermée par un couvercle rabattant. Pour faire le pain, on y pétrissait la pâte. Et puis, de brocanteurs en antiquaires, elle est devenue un joli meuble décoratif rustique, dans laquelle, quelquefois, on met (allez, encore un son mais !) des nappes ou des draps.

Il faut s’y mettre !

Bien sûr, le verbe mettre va nous fournir quelques spécimens ! L’indicatif, par exemple, je mets, tu mets, ou l’impératif (Mets donc la table !) Et attention au changement d’orthographe pour l’indicatif troisième personne du singulier ! Il met ses chaussures…

Bon appétit !

Mémé, qui a une si jolie maie, vous invite parfois à déjeuner, et elle met un point d’honneur à nous servir des mets surprenants, et toujours délicieux ! Et oui, il existe aussi le mot « met » qui désigne à la fois des éléments comestibles (pour les connaisseurs, le foie est un met exceptionnel), et des plats (à sa table, il était toujours servi des mets exceptionnels).

Oui, mais non !

Et oui, il y a « mais », aussi ! C’est une conjonction, comme disent les savants grammairiens ! Et elle sert à exprimer une nuance, une différence : c’est bon, mais je crois qu’il manque un peu de sel. Elle exprime aussi l’opposition entre deux mots, deux éléments : « cet enfant est intelligent, mais dissipé », ou « il a fait beau toute la semaine, mais le temps se couvre »

Orthographe, tu m’es un vrai tourment !

Cette phrase la, évidemment, il y a que ceux qui ne connaissent pas les fables et chansons, les pauvres, qui la prononcent !
Le « m », c’est « moi » : « tu m’es un vrai tourment» veux bien dire, c’est sûr, tu es un vrai tourment pour moi. Et ça marche aussi à la troisième personne : « Il m’est très utile », c’est clair, signifie il est très utile à moi !

Et ce n’est pas fini !

On en est déjà à cinq, et il y en a d’autres ! Par contre, continuer à les prendre ainsi un à un va finir par un texte trop long, trop lourd, et dont il sera très difficile de se souvenir.
Je vous propose donc de tout reprendre, et de compléter, avec la fable « Mémé vient déjeuner ». Ce sera beaucoup plus léger, beaucoup plus souriant, et beaucoup plus facile à mémoriser ! Résultat, c’est « travailler beaucoup sans jamais avoir l’impression de travailler ». Alors… amusez-vous bien !

( Les 40 règles d’orthographe de base : retour au sommaire général )

 

75 fables 25 chansons pour apprendre l'orthographe

LIENS : Les 25 chansons  Les 75 fables  Les 100 dictées  Les exercices  Les articles  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *