orthographe des accents sur le e

é ou è ? Les accents sur le « e » – Règles d’orthographe de base – N°26

27 avril 2018 - , ,

Ils penchent à droite, ils penchent à gauche, et, parfois, en plus, on les entend… sans les voir, les accents !

Sonore !

é ou è ? Dans un premier temps, penchons-nous sur le « é ».
On l’entend bien, il claque, on peut dire qu’il est sonore, dans son genre !
Et bien, justement, il aime les syllabes sonores, c’est-à-dire celles que l’on entend. Si je dis « périlleux », la syllabe « ri », on l’entend bien, elle sonne, et donc, avant elle, un « é », qui sonne aussi ! Si je dis « impérial », même chose : la syllabe « rial » est sonore, et donc précédée du « é » sonore.
« Ce médecin habite au cinquième étage, mais ce n’est pas l’effort qui le maintient mince, mais plutôt le manque d’appétit » : on entend « de », « ta », « tit »… et les trois sont précédés du « é ». Conclusion : devant une syllabe sonore, choisir l’accent aigu, choisir « é ».

Petite observation au passage : dans notre phrase il y a le mot effort, et il n’y a ni accent grave, ni accent aigu… hum… hum… Il n’a l’air de rien, ce petit accent qui monte ou qui descend, mais le nombre de fautes d’orthographe qu’il entraîne est impressionnant. Et, en plus, parfois, tout simplement… Il n’est plus là !
Voyons cela de plus près, mais toujours avec le sourire, bien sûr !

Muette !

é ou è ? Maintenant, penchons-nous sur le « è », avec son bel accent grave.
Il est beaucoup moins sonore que son copain, il est même assez doux, assez discret, et on le voit bien avec des syllabes muettes.. Et bien, c’est le cas !
Ce n’est pas sorcier ! Et ce n’est pas sorcière non plus… sorcière ? On ne prononce pas sorcièreu ! La dernière syllabe est muette, d’où le « è » qui le précède !
En sachant cela, vous n’êtes pas loin de devenir… célèbre ! Ce dernier mot, vous ne l’avez pas prononcé célèbreu ! La dernière syllabe est donc une ce syllabe muette, et « è » avant elle.

Pièges !

Attention, ce n’est pas parce que l’adjectif célèbre s’écrit avec un « è » que le nom qui va avec en fait obligatoirement autant ! La célébrité.
Et oui, « é », puisqu’il est devant une consonne sonore : « bri ». On retrouve de temps en temps ce cas de figure, auquel il convient d’être vigilant !

Attention aussi à la place de la lettre !
Par exemple, on mettra un accent grave si le « e » est l’avant-dernière lettre d’un mot qui se termine par un « s », même si ce « s » n’est pas la marque du pluriel.
Ainsi, on va écrire « près », mais « des prés » : « il y a des prés près de la ferme ». Jolies subtilités de la langue française !

… Et pas d’accent du tout ?

Dans certains cas, l’accent a carrément disparu, alors que, pourtant, on entend les sons é ou è !
Et c’est là que nous retrouvons notre mot « effort » que l’on a vu tout à l’heure.
Le son « é » est devant la consonne « f » et perd donc son accent :
il n’y a pas d’accent pour é ou è » si le « e » précède directement une consonne dans la même syllabe : dessert, esprit… (y compris quand cette consonne est un « x », car on obtient un son qui fait souvent se poser la question de savoir s’il y a un accent ou pas : « j’ai été excellent à mon examen car j’ai donné des réponses exactes aux questions que j’avais travaillées exprès pour cela »)

Finalement, il y en avait des choses à dire pour répondre à cette toute petite question : é ou è !

75 fables 25 chansons pour apprendre l'orthographe

LIENS : Les 25 chansons  Les 75 fables  Les 100 dictées  Les exercices  Les articles  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *