Règle d'orthographe pour même et ses accords

« Connais-toi toi-même »

8 février 2018 - ,

Socrate est très malin !

Toi-même ? Connais-toi toi-même… Avec sa fameuse phrase, Socrate est très malin ! Non seulement elle est passée au travers des siècles, mais elle est aussi passée au travers des fautes d’orthographe !
Et ceci simplement parce qu’elle est mise au singulier… car, au pluriel, faudrait-il écrire « connaissons-nous nous-mêmes », ou « connaissons-nous nous-même » ? Ou encore, faudrait-il écrire « connaissez-vous vous-mêmes » ou bien « connaissez-vous vous-même ».
Ah ! Il n’avait pas pensé à cela, Socrate !

Simple…

À priori, c’est simple.
Quand le mot « même » se retrouve après un pronom (moi, toi, eux, elles…), c’est un adjectif, et il s’accorde tout à fait normalement : « eux-mêmes », « elle-même », « elles-mêmes ».
C’est simple !

Moins simple…

Oui, mais avec les pronoms « nous » et « vous », c’est moins simple !

Examinons d’abord le cas de « nous ».
Il peut parfaitement désigner plusieurs personnes : « Pierre, Paul, et moi, nous terminerons ce travail nous-mêmes ».
Mais il peut aussi désigner une seule personne. Un avocat peut dire, par exemple « nous démontrerons nous-même qu’il ne pouvait pas être là », et, dans ce cas, le « nous » signifie évidemment « je ». Il est également au singulier quand il s’agit de ce que l’on appelle un « nous de majesté ». Si le roi dit « nous le ferons nous-même si nous le jugeons utile », le « nous », c’est lui tout seul !

Et vous ? Il peut, lui aussi, être singulièrement poli, cette formule étant destinée à souligner que, quand il est poli, il est singulier ! « Cher monsieur, dites-le vous-même, puisque vous connaissez le sujet par cœur… »

Ceci, bien sûr, ne signifie pas qu’il est malpoli s’il représente plusieurs personnes, et qu’il est donc pluriel. « Avec ton frère et ta sœur, vous pouvez quand même mettre la table vous-mêmes, sans me demander de l’aide ! »

Une dernière « chinoiserie » pour finir ?

Moi-même, vous-même, nous-mêmes, eux-mêmes, bref, toutes ces expressions dans lesquelles « même » se rapporte à un pronom comportent un trait d’union.
Bon. Mais… mais si « même » se rapporte à un nom, baguette magique, et « pouf », le trait d’union disparaît : « c’est ici même que j’ai débuté mon activité commerciale ».

Bon, tout va bien ? Vous allez pouvoir vous débrouiller vous-même (au singulier puisque je ne parle qu’à vous !). Oui, j’en suis sûr, vous allez pouvoir vous débrouiller vous-mêmes (au pluriel puisque je parle aux centaines, aux milliers, aux centaines de milliers de personnes qui liront ce petit article !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *