Le participe… il est passé !

12 octobre 2020 - , ,

Accord du participe passé sur RTL !

L’accord du participe passé s’invite dans la rubrique « Un bonbon sur la langue » du 11 octobre 2020 !

Muriel Gilbert nous y raconte avoir vu un grand panneau posé à l’entrée d’une grande surface, et indiquant : «Vous nous avez manqué. Vous nous avez soutenu. Heureux de vous revoir ». Jusque-là, c’est plutôt sympa… mais… des questions se posent…
En effet, dit-elle « Cette phrase comporte certaines de ces particularités qui font tout le délice des règles de l’accord du participe passé. Petite révision : le participe passé employé avec avoir s’accorde non pas avec le sujet du verbe mais avec le complément d’objet direct, s’il est placé avant le verbe. C’est pour cette raison que l’on dit : « J’ai fait une boulette » (j’ai fait quoi, une boulette, COD placé après le verbe, je n’accorde pas) alors qu’on dit « la boulette que j’ai faite » (j’ai fait quoi ? Une boulette, placé avant le verbe : on accorde). « Stéphane a pris une pomme », mais « C’est la pomme que Stéphane a priSE »».

Ce petit rappel des principes de base de l’accord du participe passé étant posé, revenons à notre panneau. Muriel Gilbert poursuit sa chronique par ces mots : « L’affiche dit « Vous nous avez manqué ; vous nous avez soutenu ». Les deux verbes semblent construits de la même manière, donc on pourrait juger naturel de les accorder de la même manière. Eh oui, mais non. « Vous nous avez soutenu(s) » : vous avez soutenu qui ? Nous : COD, placé avant le verbe, on accorde : soutenuS ».
Puis, merveille de l’accord du participe passé, elle ajoute : « En revanche, dans la première partie du message : « Vous nous avez manqué », vous avez manqué « à qui » : complément d’objet indirect, donc pas d’accord ! ». (Vous pouvez écouter cette chronique RTL avec ce lien).

Prenons la route !

Bien entendu, le « Blog orthographique » s’est intéressé à l’accord du participe passé ! Au point que, en prenant la chose sous différents angles, ce ne sont pas moins de trois chansons qui lui sont consacrées !
La première, la plus longue, nous invite à un petit voyage…

Prenons la route
et levons tous les doutes

sur les contrées
du participe passé

Sans qu’on l’redoute,
viens prenons la grande route…
On va longer
des accords compliqués !


On va poursuivre
le verbe être… Facile !
Et faire la course
avec avoir… qui file !


Ainsi commence « Prenons la route » la chanson qui vous promène au travers des contrées de l’accord du participe passé… il y a des vaches, des pommes, du blé, et même un gendarme !

Le tango des accordés…

En dansant ce tango, on va s’aventurer sur la piste avec les verbes en e, i, et u…

« C’est le tango des accordés,
celui qu’on danse en bon accord
avec les verbes en e; i; u… »

La valse hésitation

Un autre aspect bien connu, hélas, du problème de l’accord du participe passé consiste àêtre bien certain, d’abord, qu’il s’agit… d’un participe passé ! Hésitation ? Alors valsez,, valsez sur «la valse-hésitation», hésitation entre le participe passé… et l’infinitif !

«C’est le participe passé,
ou bien l’infinitif ?
Oh, comme c’est compliqué…
tout peut se compliquer…
hum… c’est vraiment troublant… !
C’est la valse-hésitation…
»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *