orthographe terminaison du présent

Terminaison du présent : quelques « bizarreries » ! Orthographe et conjugaison

2 mai 2018 - , ,

Orthographe : quelques « bizarreries » de la terminaison du présent de l’indicatif

Terminaison du présent  ? A priori, il y a rien de plus simple… mais, à y regarder de plus près, on trouve quand même de nombreuses « bizarreries », qui sont autant de pièges à fautes d’orthographe !

Le « Y » qui devient « I »

Ce sont les fameux verbes qui se terminent en « yer ». À toutes les personnes du singulier, et à la troisième personne du pluriel, il y a un « e » muet devant lequel le « y » se transforme magiquement en « i »
Ainsi le verbe envoyer : j’en vois, tu envoies, il envoie, nous envoyons, vous envoyez, ils envoient.
Alors, en plus, il y a une bizarrerie dans la bizarrerie : les verbes en « ayer » peuvent, au choix, suivre la règle ci-dessus, ou tout simplement garder leur « y » : exemple, le verbe payer, qui permet d’écrire, au choix, je paye ou je paie !
Oui, au choix ! Les deux sont valables !
Voici donc une terminaison du présent à double choix !

Le « é » qui devient « è »

Si le verbe a un « é » à son avant-dernière syllabe (céder, par exemple), il ne le garde qu’à la première et à la seconde personne du pluriel. Pour tout le reste, le « é » devient « è ». : Je cède, tu cèdes, il cède, nous cédons, vous cédez, ils cèdent.

Le « e » qui devient « è ».

Un peu suivant le même principe, un verbe qui a un « e » à son avant-dernière syllabe (mener, par exemple) ne le garde qu’à la première et à la seconde personne du pluriel. Pour tout le reste, le « e » devient « è » : je mène, tu mènes, il mène, nous menons, vous menez, ils mènent. 
Terminaison du présent et prestidigitation !

Les célèbres verbes en « eler » (appeler), et en « eter » (jeter).

Voilà une jolie source de fautes d’orthographe ! Ces verbes doubles la consonne « l » ou « t » devant un « e » muet.
Jeter : il jette.
Appeler : il appelle.
Mais… avec ce vent glacial, je gèle, et j’halète aussi d’avoir couru et je harcèle le commerçant pour qu’il décèle les plus jolies pommes, et m’en pèle une avant que je les achète ! Et oui, les verbes geler, haleter, harceler, déceler, peler, acheter (et modeler, en prime !) sont les exceptions à la règle ci-dessus !
Terminaison du présent… exceptionnelle !

Rompez les amarres !

Pourquoi ce cri ? A cause du verbe rompre, bien sûr, qui prend un malin plaisir à nous ruiner la santé, té, té, à s’ajouter, ter, ter, un « t » à la troisième personne du singulier : il rompt, avec un « t » !

Moudre le café ?

Bien sûr, il faut prendre un aiguille et du fil pour coudre cette jupe, avant de moudre le café, et de peindre le plafond ! Absurde ? Pas certain, si cela fait retenir que moudre, coudre et prendre, et les verbes en « indre », sont irréguliers !
Prendre : je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vous prenez, ils prennent
Peindre : je peins, tu peins, il peint, nous peignons, vous peignez, ils peignent

Attention aux « c » qui s’offrent une cédille !

Et oui, le phénomène se produit chez les verbes en « cer », comme lancer, mais à la première personne du pluriel seulement ! Regardez : je lance, tu lances, il lance, nous lançons, vous lancez, ils lancent.

Un « g », oui, mais bien doux !

Chacun sait cela, bien sûr : le « g », devant un « o » prend sa prononciation dure, comme dans « gourou » et non sa prononciation douce, comme dans « gentil ». Du coup, certains verbes qui comprennent un « g » en prononciation douce, comme « manger » posent problème quand le terminaison du présent comprend un « o ». C’est le cas de la première personne du pluriel des verbes en « ger ». Dans ce cas, on contourne le problème, et on glisse un « e » devant le « o ». Je mange, tu manges,… nous mangeons !

75 fables 25 chansons pour apprendre l'orthographe

LIENS : Les 25 chansons  Les 75 fables  Les 100 dictées  Les exercices  Les articles  

Conjugaison et orthographe : pour aller plus loin

La conjugaison est une source inépuisable de fautes d’orthographe !
Et c’est compliqué… et c’est ennuyeux… Mais, pas du tout !
Sur ce sujet aussi, le « Blog Orthographique » vous propose de garder le sourire, en rimes et en rythmes !
Voici une dizaine de chansons et de fables concernant la conjugaison…

— D’abord, les terrifiants accords du participe passé, avec avoir ou être… Tango… « Le tango des accordés »
— Ensuite, voici la confusion classique entre « é », ou « er ». On hésite ?  C’est… « La valse hésitation »,
— Promenade au pays du participe passé,. Regardons tout simplement le paysage, et, avec lui, on va savoir à coup dur s’il faut accorder ou pas ! Allez…« Prenons la route »
— Accord des participes passés : trois exceptions généralement ignorées, brefs trois pièges tendus par… « Les pépés diaboliques »
 La terminaison de certains participes passés peut se déterminer simplement « à l’oreille » ? Voici « Écoute un peu »
—  Autre grande source de fautes, la confusion entre futur et conditionnel ! « ai » ? « ais ». ? Petit pastiche d’une chanson célèbre : « Alouette »
— Et les modification orthographique selon les temps, les « y » qui deviennent des « i », par exemple, «Oyez, oyez »
—  Particularités de certains verbes . Exemple les verbes en « dre », « J’attends ! »
— Un drôle d’animal … le tristement célèbre verbe pronominal ! Oui, vraiment, c’est un… « Drôle d’animal ! »
— Enfin, entre infinitif, impératif et participe passé, ce n’est pas évident de choisir, quelquefois ! Alors, une solution, goûter, et choisir ce qui a le meilleur goût : « Bon appétit ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *