« Le temps des cerises »

14 novembre 2015 -

1,00

Une fable sur les homophones de quand. Pour éviter les fautes d’orthographe, on peut toujours cancaner, il y a quand, et quant, et qu’en…

Catégories : , , Étiquette :

Description

Les homophones de quand  : les fautes d’orthographe à éviter

Quand, quant, qu’en… cancanez !

Mais, quand sera-t-il enfin simple de choisir entre les homophones de quand, pour éviter des fautes d’orthographe qui sont de grands classiques ?

Mais encore ?

Tout d’abord, dans « quand on entend… », on entend « quanton », mais on met un « d » là où l’on serait tenté de mettre un « t ». Bon, ça commence bien !
Ah… quand nous chanterons le temps des cerises… lorsque les cerises seront mures…
Alors, oui, quant à apprendre l’orthographe, cela passera mieux avec quelques cerises…
Qu’en pensez-vous ?

La fable :

« On peut toujours cancaner,
il y a quand, et quant, et qu’en…
Quoi qu’on en dise ! »

En quelques vers, la fable permet de comprendre comment choisir le bon mot en fonction du contexte !
Ce que résume la moralité de la fable :
« Quand on veut avoir bon
quant à l’orthographe, voyons,
Il faut, très souvent, ma foi,
bien observer autour de soi ! »

Extraits vidéo et téléchargement :

Découvrez quelques extraits avec la vidéo de présentation ci-dessous.

Vous pouvez commander cette chanson en utilisant le bouton « Ajouter au panier », en haut de page.

Vous pouvez aussi commander en une fois, soit les 25 chansons, soit les 75 fables, soit l’ensemble (les 100), à prix réduit. Pour voir ces offres spéciales, cliquez sur cette ligne.

Clin d’oeil : « Le temps des cerises »

Quand j’ai voulu écrire un article sur les homophones de quand, évidemment, le premier vers de la chanson « Le temps des cerises » m’est venu à l’esprit…

Cette chanson immortelle a été écrite en 1866 par Jean-Baptiste Clément.
Vous pouvez trouver son histoire sur Wikipédia.

Alors, puisque j’ai écrit une petite fable orthographique du même titre, je me devais, bien sûr, de vous offrir, ci-dessous, le texte original, beaucoup plus poétique, et nostalgique, que le mien, je le reconnais volontiers !
Le voici…

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol, et merle moqueur
Seront tous en fête !
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux, du soleil au cœur !
Quand nous chanterons le temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur !

Mais il est bien court, le temps des cerises
Où l’on s’en va deux, cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles…
Cerises d’amour aux roses pareilles,
Tombant sous la feuille en gouttes de sang…
Mais il est bien court, le temps des cerises,
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant !

Quand vous en serez au temps des cerises,
Si vous avez peur des chagrins d’amour,
Évitez les belles !
Moi qui ne crains pas les peines cruelles,
Je ne vivrai point sans souffrir un jour…
Quand vous en serez au temps des cerises,
Vous aurez aussi des peines d’amour !

J’aimerai toujours le temps des cerises :
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte !
Et dame Fortune, en m’étant offerte,
Ne pourra jamais fermer ma douleur…
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur !

Informations complémentaires

Formats

640×480, 960×720

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *