« Rumba »

14 juin 2015 -

1,00

Une chanson sur le pluriel des mots composés, c’est déjà la rumba !
Plus les pluriels bizarres, les noms propres, les noms de jour, etc… ambiance !

Catégories : , Étiquette :

Description

Pluriel des noms composés : Apprendre l’orthographe en s’amusant

Composés ou particuliers, les pluriels bizarres ! Rumba !

Les gardes-chasses, oui, mais les garde-manger ! Les timbres-poste, oui, mais les porte-bagages ! Le tout est de comprendre ce qui s’accorde, et ce qui ne s’accorde pas !

Mais encore ?

Dans le monde difficile des pluriels singuliers, le pluriel des mots composés forme une catégorie très importante. Mais, on y trouvera aussi les pluriels des mots en « al », en « ou », en « au », en « eau », en « eu », en « ail », en « s », en « x », en « z », en « ment », sans oublier les noms de jours, où les noms propres ! Et sans oublier non plus, pour toutes ces catégories, les exceptions ! Et oui, il y a toujours des exceptions !

La chanson :

Pour traiter de ce sujet complexe, aux multiples aspects, il fallait une musique entraînante, d’où cette « rumba » à deux voix, sur les guitares du jazz manouche !

Et quand les guitares se seront tues, on s’éloignera à regret du grand feu de bois, pour regarder passer les écrans récapitulatifs, pour faire la dictée, pour étudier le corrigé…

Extraits vidéo et téléchargement :

Découvrez quelques extraits avec la vidéo de présentation ci-dessous.

Vous pouvez commander cette chanson en utilisant le bouton « Ajouter au panier », en haut de page.

Vous pouvez aussi commander en une fois, soit les 25 chansons, soit les 75 fables, soit l’ensemble (les 100), à prix réduit. Pour voir ces offres spéciales, cliquez sur cette ligne.

Clin d’œil : la rumba

Bon, c’est vrai, nous ne sommes pas là sur les danses modernes. Mais se souvenir un peu de leurs racines lointaines n’est pas forcément inutile…

Probablement,  la rumba est née quelque part du côté de La Havane, aux alentours de 1800, dans les milieux afro-cubains. Dans les cours d’immeubles, on se rassemblait alors, pour savourer la relative fraîcheur de la nuit, et pour chanter et danser. Et les chants étaient accompagnés, les danses étaient rythmées, par l’utilisation principale de percussions, utilisant des instruments improbables comme de vieux cageots, des caisses, des boîtes…

Mais la rumba n’est pas restée à La Havane. Par exemple, elle a été adoptée par certains gitans, en Espagne, et se mêle au flamenco. Actuellement, les Gipsy Kings présentent très bien ce courant de la « rumba flamenca ». Elle aura elle-même une déclinaison sous forme de « rumba catalane », en intégrant du son cubain (retour aux sources !), et un soupçon de rock ! Elle a aussi franchi les mers pour devenir « rumba congolaise » dans les années 1920 avec une apothéose dans les années suivant l’indépendance.

Nous sommes là, c’est vrai, bien loin du pluriel des noms composés ! Mais comme il a adopté, lui aussi le rythme simple de la rumba pour effacer sa complexité, il fallait bien dire quelques mots de cette musique vagabonde, dont on retrouve encore aujourd’hui des prolongements inattendus.

Alors, pour finir, si vous voulez en savoir plus sur cette musique de soleil, voir ces sires bien documentés : définition et origines, Histoire, démonstration, et cours en vidéo, un autre cours en vidéo, etc, etc… Vous n’avez pas fini de danser !

 

Informations complémentaires

Formats

640×480, 800×600

Les commentaires sont fermés.