« Sens dessus dessous »

13 décembre 2015 -

1,00

Sens dessus dessous ? Je vais me faire du mauvais sang ! Je sens que je vais me poser cent questions. Comment améliorer son orthographe sans soucis ?

Catégories : , Étiquette :

Description

Les homophones de sens : les fautes d’orthographe à éviter

Les homophones de sens, sans rire, on s’en occupe, et le sang nous monte à la tête !

Sens dessus dessous … ceci signifierait sans doute qu’il y a un grand désordre dans les homophones de sens, d’où l’apparition spontanée de multiples fautes d’orthographe, qu’il faut justement éviter !

Mais encore ?

Sens dessus dessous, ou sans ?
C’est la première question !
Est-on sans dessus, ce qui semblerait signifier que l’on a pas de dessus, ou sens dessus ? Et surtout si c’est par dessous !
Franchement, cela n’a pas de sens !
Encore une bonne raison de se faire du mauvais sang !
Ah, je sens que je vais me poser cent questions… cela sent l’insomnie sévère ! Il y a de quoi s’en faire ! Il est urgent d’améliorer son orthographe sur ce point, et… sans tarder, bon sang !

La fable :

Une fable amusante, qui n’a ni morale, ni sens :

« Aucune morale, dans cette histoire,
ni aucun sens, ça on le sent,
et sans se faire du mauvais sang,
on va s’en aller, tous les cent !
Sens dessus dessous, sens dessous dessus ! »

Ensuite, sur douce musique de fond, on trouvera une présentation très synthétique de tous ces mots, en un seul écran, puis, bien sûr, une dictée pleine de pièges… et son corrigé !

Extraits vidéo et téléchargement :

Clin d’œil : sens dessus dessous.

Évidemment, comme cette expression est aussi le titre de la fable consacrée aux homophones de « sans », je ne pouvais pas éviter de lui consacrer quelques lignes.
D’abord, une bonne fois pour toutes, le premier mot s’écrit bien « sens », et non « sans ».
D’ailleurs, avec cette seconde orthographe, l’expression ne veut plus rien dire. En effet, « sans dessus » signifierait qu’il n’y a pas de dessus, ce qui ne veut pas dire grand-chose, et que ce dessus qui n’existe pas se retrouverait en dessous, ce qui ne veut rien dire du tout.
Les bons auteurs savants avancent une explication. Le mot « sens », dans cette expression, viendrait de « ce en » (ceci en…), contractés par la suite en « cen ». Ceci me laisse quelque peu dubitatif, voire sans voix !

Deux catégories d’applications…

L’expression a deux grandes catégories d’applications.

D’abord, elle peut s’appliquer à des objets mis ou laissés en désordre. Exemple : « mon fils me laisse toujours sa chambre sens dessus dessous ». C’est évidemment au figuré, puisque le fils en question n’a pas pris le temps de sélectionner précisément tout ce qui était au dessus pour le mettre au-dessous. Bref, l’expression signifie qu’il a mis un beau bazar !

Ensuite, elle peut aussi s’appliquer à une personne, sans pour autant indiquer que celle-ci marche la tête en bas ! Non, tout simplement, suite à une vive émotion, elle a, comme on dit, « la tête à l’envers » (ce qui est encore une image !), c’est-à-dire que ses sentiments, ses pensées, ont été complètement bouleversés.
En conséquence, il va lui falloir un certain temps pour s’en remettre !

Informations complémentaires

Formats

640×480, 960×720

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *