« Mon garçon »

11 novembre 2015 -

1,00

Une fable sur la terminaison des mots en « scion » : tentation, punition… Attention !
« Scions, scions du bois ! » Pas si simple ! « Mon garçon » attention !

Description

Terminaison des mots en scion  : les fautes d’orthographe à éviter

Le son « scion » en fin de mot, tentation, punition…

Scion ? Il s’agit d’une baguette fine et souple. Pour les pêcheurs, il s’agit de la partie finale de la canne à pêche. Mais il s’agit aussi d’un son qui peut s’écrire « tion »… ou  autrement !

Mais encore ?

Les mots en « ition », et en « ation », punition, compétition, création, concentration… jusque-là, tout va bien !
Oui mais… mission, scission, et d’autres ! AÏe !

La fable :

La « moralité » de la fable résume bien ce qu’elle a présenté :

« Scions, scions du bois, mon garçon »
et bien non… attention !
Il y a la règle « ition », « ation »
et il y a les exceptions !
Alors, concentration… ou punition ! »

Extraits vidéo et téléchargement :

Découvrez quelques extraits avec la vidéo de présentation ci-dessous.

Vous pouvez commander cette chanson en utilisant le bouton « Ajouter au panier », en haut de page.

Vous pouvez aussi commander en une fois, soit les 25 chansons, soit les 75 fables, soit l’ensemble (les 100), à prix réduit. Pour voir ces offres spéciales, cliquez sur cette ligne.

Clin d’œil : attention… une petite histoire…

Je suis sûr que vous avez l’ambition d’atteindre à la reddition sans condition, à l’abolition complète, des fautes d’orthographe.
Cette position ne rencontre guère d’opposition, et ne nécessite pas d’érudition particulière. Sans vouloir déclencher une véritable inquisition dans les textes écrits, et lancer en expédition des correcteurs attachés aux traditions, sans chercher à faire retenir par la répétition et la punition, je soumets en proposition une redéfinition de la position pédagogique.

Banalisation…

Par ailleurs, l’acceptation de l’accélération de l’augmentation du nombre de fautes d’orthographe par accumulation permanente, par l’usage injustifié des abréviations, et par l’actualisation quasi immédiate des erreurs, conduit à une banalisation d’un niveau déplorable. ( ! )

Désolation…

Il s’agit là d’une véritable désolation, sans aucune dissimulation, sans qu’elle déclenche la moindre exaspération, mais au contraire une certaine exploitation jubilatoire, sur fond de promotion de l’imagination, conduisant à l’insensibilisation des populations à cette véritable intoxication, se propageant comme une inondation, et sans même qu’il soit nécessaire d’utiliser la moindre intimidation. Et la participation de tous est acquise !

Provocation…

On pourrait même penser qu’il y a de la provocation dans la progression volontaire du mal visant, en suivant une sorte de programmation invisible, à la relégation de l’orthographe traditionnelle.

 

Informations complémentaires

Formats

640×480, 960×720

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *