« La baleine et le cachalot »

18 juillet 2015 -

1,00

Une fable sur les homophones de c’est et s’est, c’est pour améliorer son orthographe. C’est, ses, ces, s’est… c’est tellement simple ! Surtout avec une baleine, et un cachalot !

Catégories : , , Étiquette :

Description

Les homophones de c’est et s’est : Apprendre l’orthographe en s’amusant

Ses, ces, s’est… c’est tellement simple !

Les homophones de c’est et s’est ? Oh ! C’est simple… à moins qu’il ne fasse pas de ces fautes… ses propres fautes ! Mais bon, vous saurez repérer les fautes d’orthographe à éviter, quitte à descendre dans les grands fonds avec la baleine et le cachalot !

Mais encore ?

Que de confusion entre « c’est », « s’est », « ces », ou « ses »…
et là, encore, deux solutions : une explication grammaticalo–orthographique, juste, évidemment, mais, comme souvent, ennuyeuse et difficilement mémorisable, ou un maillot de bain, évidemment, pour plonger avec la baleine et le cachalot !

La fable :

La fable ? La baleine reproche au cachalot d’être trop gros, et ceci parce qu’il mange trop de maquereaux.
Voilà une petite histoire dont on se souvient !
Mais, quel est le rapport avec le sujet ? Et bien, déjà, tout au long de l’histoire, le sujet est décliné, et se retrouve, plouf dans l’eau, dans la moralité de fin :

« c’est assez,
disait la baleine…
c’est pas trop,
disait le cachalot !
Si ces fautes
sont ses fautes
c’est zéro !
Plouf dans l’eau ! »

Après la fable, comme pour toutes les fables et toutes les chansons, il est proposé une relecture à voix haute. Ensuite, présentation des trois expressions concernées en un seul écran, avec moyens de les distinguer ! Et, partant de là, aucune crainte à avoir pour affronter la dictée, à comparer ensuite avec le corrigé !

Extraits vidéo et téléchargement :

Découvrez quelques extraits avec la vidéo de présentation ci-dessous.

Vous pouvez commander cette fable en utilisant le bouton « Ajouter au panier », en haut de page.

Vous pouvez aussi commander en une fois, soit les 25 chansons, soit les 75 fables, soit l’ensemble (les 100), à prix réduit. Pour voir ces offres spéciales, cliquez sur cette ligne.

Clin d’œil : cétacés

Mais non, pas « c’est assez ! ». Ceci dit, pour compléter cet écran consacré à « c’est », mais aussi à « s’est », à « ces », ou bien encore à « ses », faire un clin d’œil aux cétacés semblait logique !
En effet, nos deux héros, la baleine, et le cachalot, appartiennent tous deux à la catégorie des cétacés, comme le dauphin, ou l’orque par exemple.
Ce sont des mammifères marins qui respirent de l’air, et non de l’eau comme les poissons.

Baleines.

Alors, un petit mot, d’abord, sur ces baleines qui font rêver… regardez celle-ci, qui s’est apprêtée pour rejoindre ces courants qui font le tour du monde. Ses formes sont impressionnantes, et elle ne mange pourtant que ces petits animaux microscopiques qui constituent le plancton, et qu’elle récupère en filtrant l’eau avec ses fanons. Impressionnant de voir qu’il est possible de devenir si important en ne mangeant que ces tous petits animaux !

Cachalots.

Le cachalot, lui, a tendance à aller chercher ses repas dans ces profondeurs inconnues où il fait toujours noir. Ses dents font plus de 20 cm ! Ainsi armé de ces centaines de poignards pointus, avec ses 15 m de long, et ses 40 tonnes, il descend, descend, descend dans les profondeurs froides où il recherche ses plats préférés : les calamars géants !

Calamars.

Il faut dire que ses proies méritent les batailles qu’il accepte de livrer contre ces animaux venus d’un autre âge… entre 12 et 15 mètres, et entre 150 et 175 kilos, c’est quand même un sacré repas ! Enfin, quand il s’est rassasié, notre cachalot va parfois soigner ses blessures dans les eaux moins froides de surface.
Quand même, c’est beau, ces histoires d’animaux !

Informations complémentaires

Formats

640×480, 960×720

Les commentaires sont fermés.