« Faut pas confondre » ou tout s’effondre !

12 juin 2015 -

1,00

Voici une chanson pour apprendre à s’en sortir avec les c’est, ses, ces, les er, ez, é, et les quelle, qu’elle…

 

Description

Nombreuses fautes d’orthographe à éviter !

Dans certains cas, le correcteur d’orthographe a bien du mal ! Il patine notamment quand on lui met sous le nez des mots correctement écrits, mais qui, dans le contexte particulier dans lequel ils se trouvent, devraient être écrit autrement ! La peau, ça existe… lisse, ça existe… mais allô, la peau lisse, ce n’est peut-être pas parfait ! Bref, les homophones, il n’aime pas beaucoup.

Il n’aime guère, non plus, tomber sur des sonorités semblables… Les é, ez, er… les quel, quelle, qu’elles, les c’est, ces, ses… Là, c’est à vous de jouer !

Mais encore ?

C’est, ses, ces, er, ez, é, quelle, qu’elle… voici quelques pièges devant lesquels notre brave correcteur d’orthographe reste bien perplexe !
Et pourtant, tous ces mots-là, il ne faut pas les confondre… ou tout s’effondre !

Quelques exemples ?

Ah, ces pommes-là, c’est sûr, ce sont ses pommes !
Et  ce verbe… infinitif ? Impératif ? Participe passé ? Quelle version choisir ?
Il faut dire qu’elles sont toutes tentantes !
Quel souci ! Quelle inquiétude !
Quelles hésitations ! Quels tracas !

Oui, c’est certain, ces pièges là il faut les éviter... Oui, évitez-les ! Piège évité, faute d’orthographe évitée !

La chanson :

Encore une musique très jazz, très rythme, et deux voix pour traiter méthodiquement, un à un, les éléments des trois ensembles de pièges présentés. Après la chanson, le récapitulatif, la dictée, le corrigé !
Allons…
« Faut pas confondre,
ou tout s’effondre ! »

Extraits vidéo et téléchargement :

Découvrez quelques extraits avec la vidéo de présentation ci-dessous.

Vous pouvez commander cette chanson en utilisant le bouton « Ajouter au panier », en haut de page.

Vous pouvez aussi commander en une fois, soit les 25 chansons, soit les 75 fables, soit l’ensemble (les 100), à prix réduit. Pour voir ces offres spéciales, cliquez sur cette ligne.

Clin d’œil : le correcteur d’orthographe.

Correcteur, gentil correcteur, je t’aime, oui, je l’avoue, je t’ai… je tais…dans la peau…pot… je ne sais plus en quelle…qu’elle…quel… circonstances je t’ai rencontré, mais je sais…c’est…ses… que c’est…sais…ces… le moment le plus important de toute ma vie ! Ah ! Oui, quelle…quelles…quels… émotion, en ce moment-là…là…las…!

Attention ! Je dois (…doigt ?) préciser que je n’ai absolument rien contre les correcteurs d’orthographe. Si, si, vraiment ! D’ailleurs, j’ai écrit tout un article sur eux, où je finis même par dire qu’il y en a au moins un, professionnel, qui ne marche pas mal. Alors… !

Cécité aléatoire.

Ce qui me gêne, c’est sa cécité aléatoire.
Pourquoi aléatoire ?
Et bien parce que, dans de nombreux circonstances, il va effectivement repérer une faute. Normalement, si vous écrivez « les pommes » sans mettre de «s », il va protester. Et si vous écrivez « les pomes », oui, comme ça, avec un seul « M », il va encore protester. Pourquoi ? Parce que «pomes », ça n’existe pas dans ses petits répertoires. D’où réaction !
Mais si vous alignez les fautes en alignant des mots existants, alors là, il met ses lunettes noires, et il ne voit plus rien. « à l’eau, la peau lisse ? ». Des fautes ? Mais, ou ça, des fautes ? Eau, peau, et lisse, il sont correctement orthographiés !

Conclusion…

Conclusion : il vaut mieux apprendre soi-même l’orthographe plutôt que de s’appuyer sur des logiciels imparfaits ! Maintenant, vous n’êtes quand même pas obligé (és, ée, ées…!) de vous replonger dans des bouquins austères pour cela…vous  pouvez chanter, aussi… !

Informations complémentaires

Formats

640×480, 800×600

Les commentaires sont fermés.